Paroles d’un musicothérapeute à ses stagiaires en fin de formation

Paroles d’un musicothérapeute à ses stagiaires en fin de formation

Paroles d’un musicothérapeute à ses stagiaires en fin de formation !

 

Formé dans les années 1980, à l’Atelier de Musicothérapie de Bordeaux, j’ai eu le bonheur et l’honneur, avec l’aval de mon propre formateur, Gérard DUCOURNEAU, d’assumer moi-même, quelques années plus tard, des formations de musicothérapeutes à l’île de La Réunion et à Mayotte.

Ces années ont constitué pour moi un pôle formidable d’épanouissement personnel, et je ressens toujours une belle émotion lorsqu’il m’arrive de rencontrer de temps à autre d’anciennes et d’anciens stagiaires dont je peux apprécier la qualité de leur engagement professionnel en musicothérapie.

Je me souviens alors des paroles que je leur avais adressées en fin de leur formation, et c’est avec une profonde joie que j’ai la possibilité de constater aujourd’hui les fruits qu’elles ont produits ! C’est pourquoi j’ai pensé présentement, qu’au fond, partager ces paroles, par le biais de la revue MTC de l’Atelier de Bordeaux, serait peut-être aussi une heureuse idée capable de stimuler encore de nouvelles énergies chez quelques personnes réceptives. Alors, je vous les offre :

«  Je tiens à vous remercier vivement de la confiance que vous m’avez accordée d’emblée en vous engageant avec moi dans cette formation à la musicothérapie (option handicap-polyhandicap). Je vous félicite d’avoir eu la volonté d’aller jusqu’au bout de cette formation. Cette formation, en effet, a exigé de votre part un profond travail personnel sur vous-même, une implication sans pareille dans les nombreuses mises en situation pratique tout au long des stages proposés. Vous avez parfaitement compris combien le travail sur l’instant, sur lequel nous avons insisté, a pu vous faire avancer conséquemment dans la compréhension de vous-même, de votre corps, des résistances et des défenses qui pouvaient y être ancrées. Vous avez approfondi l’expérience de se vider pour laisser place aux énergies nouvelles, et vous avez pu vérifier combien, accepter de se montrer avec ses peurs, ses limites, ses manques, certes, n’est pas toujours facile, mais devient vite libérateur, et porteur d’authenticité et d’ouverture à l’expression émotionnelle et à la communication.

Vous avez pu expérimenter à plusieurs reprises au cours de cette formation que la véritable compréhension de soi vient inéluctablement à travers la lucidité des réponses immédiates que vous apportez dans l’instant même de chaque mise en situation (sans a priori, sans raisonner, en laissant par contre « résonner » tout simplement vos ressentis jaillis du plus profond même de votre corps).

C’est tout ce travail personnel sur vous-même, cette mise en jeu dans le registre corporel dont vous avez appris à maîtriser les données, et cette rencontre avec la musique, excellent médiateur relationnel et transitionnel, dont vous avez pu saisir les éléments fondamentaux qu’elle vous livre pour accéder à un meilleur équilibre émotionnel (l’alternance, l’appel aux affects, la mobilité, l’écoulement des tensions), … qui vous permet, aujourd’hui, de proposer une véritable relation de reconnaissance à la personne atteinte de handicap, voire de polyhandicap, que vous prenez en compte en séance de musicothérapie.  

Vous aurez toujours, bien entendu, la responsabilité de continuer de veiller à reconnaître les transferts et les contre-transferts qui peuvent s’installer dans la relation de proximité avec la personne handicapée, et d’être vigilant à repérer vos propres processus défensifs et intellectuels (liés à votre histoire personnelle). Dans ce domaine, le travail est toujours à remettre, rien n’est jamais totalement acquis, il nous faut toujours avancer. Néanmoins, je peux dire qu’au terme de votre formation, vous avez acquis un potentiel qui vous permet d’engager une véritable démarche thérapeutique, dans laquelle vous réussirez progressivement à métamorphoser les contraintes de la personne handicapée en liberté, le poids de son histoire en terrain fécond, et vous la remettrez ainsi sur le chemin de son existence.

Nous sommes là, en tant que musicothérapeute, pour amplifier les possibles du Sujet, pour lui signifier la vie et la reconnaissance (son droit à être différent, à exister pleinement, à vivre et à exprimer ses émotions quelles qu’elles soient), aussi nous faut-il devenir nous-même de plus en plus libre, ouvert, tant au niveau de l’engagement de notre corps que dans l’expression de nos propres ressentis, et dans l’accueil des différences les plus variées (sortir absolument du fonctionnement basé sur les jugements de valeur est la clé indispensable pour assurer cette ouverture de nouveaux canaux de communication que nous recherchons).

Vous aurez toujours à privilégier l’instant, à lui donner une intensité d’être telle que le Sujet y trouvera de quoi combler son manque à être. Approfondir le travail sur l’instant sera toujours nécessaire, il permet progressivement de trouver dans les échanges une variété de réponses possibles, de proposer, et de ne jamais imposer. Il faut savoir attendre ce qui peut nous « faire signe » dans la relation établie, aller dans le sens de l’autre, élargir ce qu’il nous montre par son attitude, son mouvement, son silence éventuel, et le faire grandir, lui impulser un nouveau souffle.  

Pensez toujours à cette notion d’alternance, fondamentale en musicothérapie, indispensable pour obtenir un équilibre émotionnel. Face au dur, il nous faut mettre le souple, face au pénétrant, il nous faut mettre l’accueillant, face à la tension, introduire le relâchement, face à l’impossible, apporter le possible, face à la douleur, penser à mettre du sens.  L’harmonie trouvera sa place dans l’équilibre de ces alternances.

L’équilibre de l’être humain, à son apogée, ne peut se parfaire que dans la pleine conscience d’une existence qui a une fin, et dans l’acceptation sereine de cette alternance fondamentale « vie-mort », inéluctable et inhérente à sa propre condition humaine. Certes, il incombe à chacune, à chacun, de trouver une dynamique de vie qui transcende le temps, le temps que « nous sommes » devenant plus important que le temps que « nous avons ».

La musique, notre support de base, vous avez pu l’expérimenter tout au long de votre formation, fait appel à nos affects, vient nous chercher au plus intime dans notre corps, et il nous importe d’être accueillant aux échanges des éprouvés divers qui jaillissent, laissant notre corps trouver ces chemins inattendus qui nous conduisent immanquablement au cœur de notre être, bien loin du paraître (pare-être). Allons au bout de nos gestes inachevés, trop souvent retenus, et l’authenticité ne pourra alors que jaillir pleinement et nous libérer.

Parallèlement, et régulièrement, je vous le souhaite, n’oubliez pas de développer la pleine conscience de votre respiration (expiration – inspiration) sur laquelle nous avons insisté, ainsi que le déroulement de votre colonne vertébrale, et pour les plus volontaires, pensez à fortifier vos organes internes (cœur – poumons – foie – rate – vésicule biliaire – reins – estomac – intestins) par la très efficace position dite du cavalier (Kibadashi).

Votre formation est qualifiante, sérieuse, défendez-la. Continuez de la développer, de l’enrichir, par une pratique régulière, des échanges entre vous, des lectures complémentaires. Vous qui avez appris à vous écarter le plus possible du jugement de valeur pour fonctionner  dans l’expression de vos ressentis, et dans l’accueil des ressentis d’autrui, continuez dans cette voie royale d’ouverture à la communication, et soyez de véritables stimulateurs en ce sens, au sein de votre équipe. Ne jugez pas, mais ne vous laissez pas juger non plus, ne vous laissez pas déterminer, affirmez-vous, et ayez à cœur de faire profiter les personnes les plus démunies de cette relation thérapeutique de reconnaissance qui est vitale pour elles, et dont vous en connaissez maintenant les enjeux. 

      Je vous souhaite de vivre intensément.       »

 

Roland Vallée

Musicothérapeute

Psychologue clinicien et Orthophoniste

Auteur

 

Liste des principaux ouvrages de l’auteur

 

  1. Musicothérapie et désir de vie chez la personne polyhandicapée (Immenses aventures sur espaces réduits) Éd. du Non Verbal AMBx 2007 (364 pages)
  2. Un chemin de plénitude, la musicothérapie Reunipress 2014 (484 pages)
  3. La relation émotionnelle (Approche thérapeutique par la musicothérapie des troubles de la relation, de l’expression, et de la communication) Éd. du Non Verbal AMBx 2015 (240 pages)
  4. Un tout petit peu de mon être (Espace poétique & philosophique) Reunipress 2016 (176 pages)
  5. Donner naissance à son âme (Découvrir nos points de lumière) Reunipress Mars 2020 (306 pages)
  6. L’énergie vitale des mots (Une dynamique de l’ouverture) Reunipress Juillet 2020 (260 pages)
  7. Du Sabre au Sacre (De la Souffrance à l’Harmonie, de la Musique à la Vie) Reunipress Juillet 2020 (182 pages / réédition)
  8. Tsunami de la conscience (L’immense souffrance des enfants victimes de violences sexuelles) Reunipress Septembre 2020 (210 pages)
Les commentaires sont clos.